16/5/2023

Sous-location professionnelle : s’enrichir sans être propriétaire

La sous-location professionnelle constitue une pratique assez répandue en France. En plein essor depuis quelques années, elle permet aux particuliers et aux professionnels de résoudre le problème d’habitation. Ici, l’objectif est de gagner de l’argent dans l’immobilier sans être propriétaire. Le locataire principal va donc mettre en sous-location un bien à un sous-locataire, mais à son propre prix et sans contrainte. Pour atteindre l’indépendance financière, la sous-location se révèle comme une excellente idée du fait de ses nombreux avantages. Cependant, afin de mener à bien l’activité, il faut comprendre toutes les particularités de cette pratique. Décryptage.

Qu’est-ce que la sous-location professionnelle ?

Assez facile à comprendre, la sous-location consiste pour un locataire à sous-louer un appartement, un bureau ou un local commercial, à une autre personne. Il reçoit ensuite le paiement du loyer sur une durée déterminée. Il s’agit d’une pratique parfaitement légale et encadrée par la loi. Néanmoins, il existe quelques règles à respecter :

  • obtenir l’accord du bailleur propriétaire du logement ;
  • ne pas dépasser le montant du loyer au bail principal.

Avec ces conditions, la sous-location est dite classique, un bon moyen de faire des économies sur son logement. Pourtant, afin de pouvoir gagner de l’argent, il vaut mieux se tourner vers la sous-location professionnelle. Ici, le consentement du propriétaire est toujours requis, mais l’appartement peut être loué plus cher que celui mentionné sur le bail afin de dégager des bénéfices.

Cette solution de sous-location professionnelle se montre comme une excellente idée, notamment pour les intéressés par l’investissement immobilier locatif. Elle permet de gagner une plus-value considérable sans avoir besoin d’acheter un bien. La sous-location professionnelle s’adresse donc aux investisseurs avec un budget restreint. Il suffit de convaincre le propriétaire et le tour est joué. Dans ce cadre, sachez que plusieurs méthodes sont envisageables, dont :

  • la sous-location totale : le locataire principal loue l’intégralité du logement à un sous-locataire ;
  • la sous-location partielle : le locataire principal loue une partie (un ou plusieurs pièces) de son logement à un sous-locataire ;
  • la sous-location saisonnière : il s’agit d’une location d’un logement pour une courte durée, notamment pendant les vacances ;
  • la sous-location commerciale : c’est une location d’un espace commercial à un autre entrepreneur ou à une entreprise.

La location nue ou meublée, le coworking, la sous-location d’une place de parking sont également des options envisageables.

Comment faire un bail de sous-location professionnelle ?

Un logement peut être sous-loué plus cher, uniquement si un bail spécifique professionnel a été mis en place. Pour cela, le locataire doit être une personne morale, c’est-à-dire créer une société. Il peut choisir entre le statut de SA (Société anonyme), de SARL (Société à responsabilité limitée), de SAS (Société par actions simplifiée) ou d’auto-entrepreneur pour procéder à la sous-location professionnelle.

Ensuite, en tant que locataire, vous pouvez établir un bail professionnel entre vous et le propriétaire bailleur après avoir obtenu son autorisation. Ce document vous permet de sous-louer plus cher le logement que son prix initial. Attention, ce contrat ne doit pas être rédigé de manière aléatoire. Pensez à le faire écrire par une personne compétente, comme un juriste ou un avocat. Généralement, il faut débourser jusqu’à 2 000 euros pour en obtenir un exemplaire personnalisé. Cet investissement n’est requis qu’une seule fois, et le modèle peut être réutilisé autant de fois que souhaité.

Il existe également le contrat de sous-location professionnel conclu entre le locataire et le sous-locataire. De nombreux éléments doivent être figurés dans ce document, dont :

  • les données personnelles du sous-locataire,
  • les descriptions des locaux sous-loués (appartement, maison, bureau, espace commercial),
  • le montant exact du loyer,
  • la répartition de paiement des charges entre les deux parties,
  • les responsabilités du locataire envers son sous-locataire,
  • les mentions légales.

La durée de la sous-location professionnelle doit être de la même durée que le contrat de location principal. Toutefois, le locataire a droit à un renouvellement du bail ou à une résiliation du contrat. 

Les deux parties (locataire et sous-locataire) doivent ensuite signer ce contrat de sous-bail, et chacune d’entre elles doit posséder un modèle exemplaire du contrat de sous-bail. En plus de ces informations, d’autres documents sont nécessaires lors de la rédaction du contrat, dont une copie de l’autorisation écrite du bailleur, l’accord que la sous-location est possible, une copie du bail signé entre le propriétaire et le locataire et un état des lieux remplis lors de la remise des clés. Notez qu’un bail de sous-location bien rédigé démontre le professionnalisme et le sérieux de l’activité. Il offre également une tranquillité d’esprit au propriétaire.

La sous-location professionnelle sur Airbnb

Airbnb est avant tout une plateforme en ligne qui permet aux propriétaires de louer leurs biens en toute facilité, que ce soit une chambre, un appartement ou une maison entière. Elle permet également aux locataires qui envisagent une sous-location professionnelle de réaliser des locations à court terme. La sous-location via la plateforme Airbnb reste tout à fait légale, à condition d’avoir l’autorisation écrite du propriétaire du logement.

L’un des principaux avantages d’Airbnb est sa flexibilité. Vous pouvez sous-louer le logement pour des périodes courtes ou longues, en fonction de la demande des sous-locataires. Les loyers peuvent être ajustés selon vos préférences, ce qui vous permet de maximiser vos revenus. En outre, Airbnb compte des millions d’utilisateurs à travers le monde, ce qui vous permet de toucher une audience internationale. Assurez-vous simplement que vos biens immobiliers soient bien entretenus et présentables. Sur la plateforme, des photos de qualité et une description détaillée vous aideront à attirer l’attention des locataires potentiels. Toutefois, Airbnb joue le rôle d’une entreprise de conciergerie, c’est-à-dire qui s’occupe de la gestion des locations saisonnières pour le compte du locataire. 

Bien que sous-louer un appartement sur Airbnb peut être une option lucrative, il est pourtant très important de comprendre le marché local et les prix pratiqués par les autres sous-locataires. Aussi, veillez à respecter les règles et les lois en vigueur, et à fournir un service de qualité afin de bien réussir l’activité. Sur la plateforme, soyez réactif aux demandes de renseignements et aux réservations des locataires.

Comment se former à la sous-location professionnelle ?

Comme tout investissement dans l’immobilier, la sous-location professionnelle requiert des compétences en la matière afin de profiter d’un cashflow positif. Cela concerne notamment une bonne connaissance de la loi en vigueur et de la gestion du patrimoine. Pour maîtriser le sujet, il reste judicieux de se former avant de se lancer. Plusieurs options sont envisageables, dont les formations en ligne, les livres ou le coaching.  

Grâce à l’évolution technologique du moment, de nombreuses plateformes proposent actuellement des cours en ligne sur l’investissement locatif, mais aussi sur la sous-location professionnelle. Un vaste choix de formation s’offre à vous, et cela peut être accompagné d’un suivi personnalisé ou un coaching. Ce coach, expert en sous-location professionnelle, vous guidera tout au long de votre activité (rédaction du modèle de bail commercial, établir une bonne stratégie, comprendre les règles et la loi en vigueur sur le marché, fixer le bon prix de loyer, etc.). Cela, afin que vous puissiez devenir riche, à petit budget, sans être propriétaire. Des vidéos YouTube, des livres, des PDF gratuits sont également à votre disposition. Il vous suffit de faire une bonne recherche sur Internet, de trouver un endroit calme et de vous installer confortablement pour bien vous former. Plusieurs thèmes peuvent être abordés, comme les principes fondamentaux de la sous-location professionnelle, les lois du logement et les réglementations concernant l’activité, les méthodes de tarification efficace, la gestion des situations complexes et bien d’autres.

Ce qu’il faut d’ailleurs éviter lors de la formation, c’est croire aux recettes miracles. Avec l’immobilier, il faut privilégier une approche réaliste et prudente pour atteindre vos objectifs. Dans le cadre de la sous-location, il vaut mieux vous former et comprendre tous les enjeux de ce type de placement. Aussi, comme tous les autres investissements immobiliers locatifs, il faut appréhender en avance, donc planifier une démarche proactive.

La formation en sous-location professionnelle dégage plusieurs avantages. En premier, elle vous permet de minimiser les risques et de générer des revenus locatifs favorables. Les thèmes sont variés, donc vous allez maîtriser plusieurs sujets en investissement immobilier, comme l’étude de marché en sous-location, la création et la gestion d’entreprise, les bases locatives, les loyers et le contrat de location. Ces sujets vous aident à concrétiser votre projet petit à petit. 

Comment assurer sa sous-location professionnelle ?

La sous-location professionnelle se révèle comme une pratique très bénéfique, tant pour les propriétaires que pour les locataires. Cependant, afin d’assurer le bon déroulement de l’activité, il reste essentiel de disposer d’une couverture d’assurance adéquate.

Avant de sous-louer votre appartement ou votre local commercial, il faut connaître les différents types de couverture d’assurance :

  • responsabilité civile : couvre les dommages corporels et matériels causés par des tiers ;
  • dommages matériels : protège l’immobilier contre les dommages causés par des incendies, des inondations, des vols ou des catastrophes naturelles ;
  • perte d’exploitation : indemnise les pertes de revenus subies en cas d’interruption de votre activité.

Au moment de la sélection, souscrivez une assurance spécifique à la sous-location professionnelle afin de garantir une protection adéquate. Informez la compagnie sur votre projet et demandez-lui de vous expliquer les exclusions liées à la sous-location. 

Conclusion

S’enrichir sans être propriétaire est donc tout à fait possible avec la sous-location professionnelle. Celle-ci peut être une stratégie gagnante pour atteindre l’indépendance financière et pour réussir son investissement immobilier locatif, à petit budget, sans disposer d’un logement. 

Pour réussir votre projet, assurez-vous d’avoir l’autorisation du propriétaire, et de respecter toutes les lois et les réglementations en vigueur. Faites des recherches sur les prix du marché et fixez un loyer compétitif. Établissez ensuite un contrat de sous-location clair et complet, et n’oubliez pas d’inclure les clauses relatives au paiement du loyer, à la durée de location et aux conditions de résiliation. Ces points clés vous permettent de dégager des revenus favorables.

Par ailleurs, si vous débutez dans le monde de l’investissement immobilier, n’hésitez pas à faire appel à une entreprise immobilière pour vous accompagner. Elle dispose d’une connaissance approfondie du marché de la sous-location. Les agents sont formés pour assurer la gestion de tous les aspects de cette activité (recherche des meilleurs locataires, rédaction contrat, gestion de paiement des loyers). Ce professionnel offre un service personnalisé selon vos besoins afin que votre projet se déroule sans accroc.